Séjour randonnée en Queyras

Séjour randonnée en Queyras

  • Descriptif séjour :
    Randonnée accompagnée semi-itinérante.
  • La randonnée :
    Le Queyras est une terre de contrastes entre ses forêts de mélèzes, ses lacs, ses alpages étendus dominés par les calcaires dolomitiques…
  • La durée :
    6 jours/6 nuits, 580€.
    4 jours/4 nuits, 400€.
    Accueil du groupe le premier jour à 17h à la gare ou vers 18h30 au gîte.
  • Ateliers Marche Afghane.
  • Le groupe : 4 à 6 pers.
  • Niveau : 2 à 3 chaussures
Séjour en Queyras

3 raisons de choisir ce séjour randonnée en Queyras :

  • Le plaisir et le confort des étapes en boucle autour de notre gîte,
  • l’aventure en pleine immersion pour 2 à 3 nuits (selon météo) sous tente à l’alpage,
  • Une alternance de randos et d’ateliers découverte de la Marche Afghane.

Le programme du séjour.

Notre séjour randonnée en Queyras est semi-itinérant. En étoile à partir d’un gîte pendant 3 jours, nous partirons 3 nuits à l’alpage sous tente si la météo nous le permet. Cela permet à la fois de goûter aux plaisirs de la randonnée découverte, et de pouvoir rester sur les hauteurs, y dormir, y rêver aussi, en pleine immersion !

Tout proche du Queyras, vous pouvez aussi vivre notre Tour du Mont-Viso, un tour qui sortira des habitudes.


Dénivelée +/- : entre 500 et 900 m/jour. 5 à 6h de marche. Détours En Montagne qualifie ce séjour randonnée en Queyras d’un niveau « 2 à 3 chaussures ».  Les étapes parfois hors sentiers ne présentent pas de difficulté technique.


Un peu de géographie Queyrassine.

Venez découvrir le Queyras, bastion retranché derrière ses gorges torrentielles qui sont le seul accès par le sud, derrière ses grandes lignes de crêtes qui le séparent du Briançonnais, et abrité des forteresses Vauban du côté Italien. Pays refuge des huguenots, c’est aussi le Parc Naturel Régional, où le milieu naturel s’équilibre avec les activités humaines, basées sur l’artisanat de petite envergure ! Enfin, pays du mélèze, c’est aussi celui que j’ai adopté grâce à mon grand-père qui est monté vivre sa vie là-haut, dans l’artisanat justement !

Le séjour randonnée en Queyras : parcours semi-itinérant :

– 3 journées en étoile à partir de notre gîte.

 Arrivée la veille au soir.
Accueil du groupe à 17h à la gare de Gap ou vers 19h directement au gîte.

Jours 1, 2 et 3
…dans la vallée d’Arvieux ou la vallée voisine, en étoile : Dénivelée +/- = 400 à 800m. Durée totale (avec pauses et pique nique) = 6 à 7h


– 3 journées en circuit pour 2 ou 3 nuits en bivouac à l’alpage.

Jour 4 : Montée à l’alpage :
D+ = 600m. Durée totale = 5h environ.
Nous montons à travers les forêts puis à travers les alpages pour découvrir ces anciennes granges situées en altitude, transformées actuellement en petites habitations temporaires.

L’étape sera relativement courte car nous aurons les affaires nécessaires au bivouac pendant 2 jours dans le sac à dos. Inutile donc de transporter de l’inutile ! Nous arriverons vers 15h au plus tard là-haut.

Nous installons la tente à la fois à proximité d’une source, mais aussi près des mélèzes pour alimenter de bois sec le feu du soir. Prenons nos marques, préparons l’apéritif, d’autres iront se nettoyer à la source à côté ou chercher du petit bois pour le feu !


Jour 5 : Traversées d’alpages
montée aux lacs D+ = 500m. / D- = 500m. Durée totale = 5 à 6h
Nous prenons notre temps pour allumer peut-être un feu, rencontrer le berger, puis nous allons découvrir les coins et recoins de cet alpage, où les lacs se succèdent…


Jour  6 : Descente de l’alpage :
D+ = 200m. / D- = 600m. Durée totale = 5h environ.
Le matin nous montons faire quelques crêtes, retournons manger au coeur de l’alpage pour redescendre par les éboulis, traverser un cirque, puis terminer cette superbe étape dans la forêt de mélèze ! Retour en minibus pour être sur Gap vers 17h.

Pour des raisons météo,  il peut arriver que les nuits en bivouac soient décalées dans la semaine.

La Marche Afghane, encore un truc nouveau ?

Cette activité est née dans les années 80 de l’observation des caravaniers nomades Afghans par E. Stiegler, pour comprendre ce qui les amenait à parcourir d’aussi grandes distances en si peu de temps, et avec si peu d’énergies consommées.
Car là est le secret de ce rythme calé à partir d’une respiration nasale consciente : un maximum d’efficacité dans la durée, dans l’effort, avec un minimum d’énergies demandées au corps.

Le principe : réapprendre à respirer.

Comment peut-on s’imaginer les chameliers Afghans parcourir 700 km en 12 jours, sans fatigue ?
Le rythme (les rythmes) de la Marche Afghane en est la solution.

La Marche Afghane, c’est un remède à cette maladie Occidentale liée au stress de la vie quotidienne, c’est ré-apprendre ce que nous avons dés-appris, c’est respirer mieux voire respirer tout simplement pour aller plus loin, et mieux.

Marcher « Afghan » et ses bienfaits.

A la croisée de l’activité physique telle la randonnée et de la méditation, la marche afghane met la respiration nasale au centre de la pratique.

Vous synchronisez vos pas et votre respiration, sur différents rythmes, selon le terrain et la distance et vous augmentez votre performance physique.
Marcher Afghan, c’est compter intérieurement. Tant que notre effort se centre sur ce comptage, nous nous recentrons sur nous-même, nous sommes en silence, nous sommes en immersion avec notre espace et dans notre temps.

Avec la Marche Afghane, vous découvrirez comment, lors de la rando et/ou de votre quotidien :

Marcher Afghan, c’est remettre la respiration au coeur de la marche, avec de multiples bienfaits :

  • Evacuation du stress, handicap essentiel des randonneurs qui respirent mal,
  • une oxygénation de son cerveau, et de toutes nos cellules,
  • une meilleure circulation sanguine,
  • limiter les tensions musculaires,
  • augmentation de la capacité respiratoire,
  • ralentissement du rythme cardiaque,

et plus spirituellement…,

  • c’est une redécouverte, une rencontre avec soi-même,
  • un état de calme intérieur,
  • et donc un meilleur rythme de marche.

Votre accompagnateur est-il Afghan ?

Un peu d’histoire, la mienne pour commencer.

Accompagnateur depuis plus de 20 ans, mais pas du tout Afghan !
– J’ai découvert progressivement le plaisir et la liberté de marcher en chaussures de rando basses, pour une meilleure proprio-ception, un meilleur contact avec le sol, depuis 7 ans ! Bien sûr, j’ai toujours mes chaussures montantes pour les terrains en éboulis.

– Avec le yoga, je pratiquait une respiration nasale, intermittente, alternée, qui augmentait mon bien-être. Lors d’ateliers « course yoga », moi qui ait une sainte horreur de la course à pied, j’ai découvert une nouvelle posture, un nouvel ancrage, et une respiration réparatrice, tout en étant beaucoup plus léger au sol !

– Alors que la respiration nasale dans l’effort, avec le massage des organes internes par le mouvement du diaphragme stoppait une migraine quand elle se déclarait, je me lançais dans une formation reconnue « Ecole France Marche Afghane ».
– Je suis actuellement en formation…

Encore un peu d’Histoire, celle du randonneur.

J’ai largement eu le temps de constater que beaucoup de randonneurs avaient du mal à marcher pour la seule raison qu’ils respiraient mal parce qu’en stress, ou qu’ils stressaient, parce qu’ils respiraient mal.
Le randonneur part en randonnée pour échapper au stress quotidien, alors il part dans l’effort. Mais dans l’effort, alors qu’il a dés-appris à respirer, son diaphragme se trouve brutalement trop ou mal sollicité.
Alors que le randonneur demande à sa respiration de se caler sur son rythme de marche, la pratique de la Marche Afghane, vous l’aurez compris, met la respiration au centre de la marche. A l’appui de différents rythmes adaptés à votre corps, aux configurations du terrain, et en parallèle d’exercices de relaxation, de postures adaptées et d’ancrage au sol,

  • terminé le stress respiratoire,
  • l’essoufflement
  • la sensation de pesanteur liée à l’effort.

Le séjour randonnée « option Marche Afghane ».

L’option « Marche Afghane » d’un séjour ne modifie quasiment pas le programme de randos, même si certaines étapes pourront être plus courtes.

Nous prendrons le temps de mettre en place des ateliers en début de parcours, mais aussi et surtout au cours de la randonnée.
Ces ateliers seront intégrés par moment à la randonnée. Et si vous êtes mordus, alors vous irez à votre rythme, et nous au nôtre.

Les ateliers de Marche Afghane.

– Ce sont des ateliers statiques ; ils touchent à la préparation du corps, à l’ancrage au sol en début de marche.
– Ce sont aussi et surtout des ateliers dynamiques ; nous les réaliseront au cours de la randonnée.

Les exercices mettront l’accent sur la synchronisation de la respiration avec le rythme des pas, pour une allure de marche plus rapide et plus aisée.
La marche afghane qu’on pourrait et devrait pratiquer au cours des actes de la vie quotidienne, apporte une sur-oxygénation naturelle du corps, des cellules et du cerveau.
Au départ très concentré sur notre respiration consciente, avec la répétition des exercices, notre rythme deviendra spontané, au fur et à mesure que notre corps apprivoisera cette nouvelle méthode.

Cette pratique peut tout à fait se faire sur tout terrain, avec un sac à dos et des bâtons. Il est préférable d’avoir des chaussures de montagne tenant bien au sol, mais basses !

Les séjours proposés « option Marche Afghane ».

– Séjour randonnée en Queyras : du 08 au 14/07/20, départ confirmé.

…et d’autres sur demande à partir de 4 personnes (même parmi la programmation)

 



« 1 de 2 »

Le déroulement

  • Rendez-vous le jour 1 à la gare de Gap à 17h, ou directement au gîte pour 19h.
  • Retour à la gare le jour 6 pour 17h à Gap, et séparation.
  • 6 journées dans le Parc Naturel Régional du Queyras
  • Hébergement dans un gîte en gestion libre dans la vallée d’Arvieux, puis à l’alpage sous tente pour 2 ou 3 nuits, en fonction de la météo. Les repas et pique nique sont préparés par l’accompagnateur et le groupe au réchaud à bois (galettes céréales, polenta saucisses, pizzas).
  • Chambres de 4, douche et sanitaires au gîte, pas à l’alpage, mais eau courante à la source.
  • Le portage des affaires : Nous portons le sac à dos pour la journée, mais il est toutefois recommandé d’avoir un sac à dos adapté pour notre bivouac permettant d’y mettre du volume (Duvet, tapis de sol et nourriture pour le bivouac)
    IMPORTANT : Un sac à dos à grand volume n’est pas nécessairement lourd si l’on fait attention au chargement !

Le matériel

Pensez à prendre le minimum,  pour que ces étapes en bivouac restent un plaisir !
Consulter l’équipement du randonneur

2 commentaires

  1. Je suis intéressée par votre séjour.

  2. Bonjour !
    Pour toute demande de renseignements, je vous suggère de me contacter par téléphone ou mel (Onglet « contact » du menu)
    Ou bien si votre choix est fait, vous pouvez vous inscrire (onglet « inscription » dans le menu)
    Au plaisir
    Marco

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *