Préparer son bivouac

Préparer son bivouac

Préparer un bivouac, c’est avant tout préparer son sac à dos avec le chargement que l’on va y mettre.
C’est sans doute la partie la plus délicate du séjour, car au lieu de prendre telle et telle chose pour être sûr de ne pas manquer, il faut au contraire sélectionner le plus possible, épurer les objets qui pourraient être superflus.

Comme chaque individu n’a pas les mêmes « besoins », il est difficile de parler pour tout le monde.
Par exemple certains pourront ne pas se laver, moi il me faudra ma source à proximité ou suffisamment d’eau dans ma gourde pour pouvoir me faire une toilette de chat.

Par contre, à condition d’avoir les vêtements appropriés, il m’est possible de garder les habits plusieurs jours.
pour ceux qui ne peuvent pas ou qui n’ont pas les « bons » vêtements, il faudra prévoir une lessive le soir plutôt que de transporter autant de tenues que de jours de marche.

Cette page vous donne donc des pistes de réflexion, et vous invite à nous contacter pour tout questionnement que vous vous feriez !
Bonne lecture !

 

Un bivouac c’est dormir dehors, sous tente ou sous abri léger.

Partir plusieurs jours pour un bivouac n’a rien à voir avec les raids que nous faisions jeunes, en camp scout, ou à l’armée.

Le séjour bivouac est proposé pour une immersion la plus complète possible dans la montagne au milieu des éléments.
Pour en profiter, il ne faut absolument pas souffrir, tout d’abord en portant un sac à dos trop lourd.


La définition du bivouac.

Faire un bivouac, c’est poser sa tente et ses affaires à la fin du jour, et la retirer en début de journée. Généralement, nous pouvons poser la tente à partir de 17h ou 18h, et il faut la replier avant 9h le matin.

Nos abris.

Selon la météo et la composition du groupe, il nous sera possible de partir soit avec une tente yourte, photo de gauche.

Bivouac en DévoluyLa tente yourte.
C’est une tente collective pour 6 à 7 personnes, très légère pour le nombre de personnes qu’elle abrite. Pour plus de confort, surtout en période estivale, nous ne prendrons que la toile extérieure. Les piquets seront faits de nos bâtons de rando, sauf le mât central. Il faut compter 5 kilos à se répartir.


Le « tarp »

C’est une toile que l’on fixe de différentes manières, selon la composition du groupe.
– tendue entre des arbres par tes cordelettes (4 à 5 places).
– en mode canadienne, avec nos bâtons de randonnée (2 ou 3 places)
– en pan incliné (4 à 5 places)

Le gros avantage du tarp est qu’il ne pèse que 600 gr, il ne prends que peu de place dans le sac à dos.

Bien sûr, il faudra dormir sur de bons tapis de sol, dans un bon duvet, nous en parlons plus bas.

 

 

Réussir un bivouac, c’est porter léger.

Porter un sac à dos léger est se garantir de profiter de son bivouac.
On dit que 15% de son poids est une moyenne raisonnable. Bien entendu, tout dépend de la constitution de chacun.
ATTENTION !
Ne vous affolez pas si je vous annonce que vous pourrez portez 10 ou 12 kilos. Avec les sacs à dos actuels (80€) et leur bonne ceinture de bassin, vous avez tout à fait la possibilité de le porter. Ne prenez pas un sac de sucre de 10 kilos à bout de bras pour imaginer le poids sur votre dos, ça n’a rien à voir.
Il faut donc penser au type de sac à dos que l’on porte.

Préparer son bivouac, c’est réunir les conditions d’un bon sac à dos.


Un sac à dos léger, qui tient bien le dos, qui tient bien au corps.
pour cela, il faudra qu’il soit équipé :
– d’une bonne ventilation dans le dos
– d’une bonne ceinture de décharge sur le bassin. avec ce système, la ceinture du tour de taille peut porter jusque 60% du poids que l’on a dans le dos, c’est tout ça de soulagé pour les épaules et le dos. un élément primordial donc.
– enfin, de deux sangles latérales qui serviront à élargir ou resserrer le compartiment principal du sac à dos.
– un volume de 50 à 60 litres pour un séjour bivouac de 4 à 6 jours.

Car un sac à dos grand ne sera pas forcément lourd, il pourra cependant abriter duvet et tapis de sol. Il portera votre anorak ou coupe-vent si nécessaire, sans les faire chevaucher sur le sac avec les ballotements qui iront de pair.

Vous devez faire UN, avec votre sac à dos.

Pour préparer son bivouac, il faudra d’abord penser à l’incontournable :

– Tapis de sol, duvet, drap de soie, pull en Mérinos, doudoune, coupe-vent, cape de pluie, dont les explications figurent sur la page équipement.

Tout le reste pourra se laver le soir, d’où l’importance de prendre une cordelette ou un vieux lacet, et 4 pinces à linge pour étendre notre lessive. S’il n’est pas sec, il terminera son séchage sur le sac à dos le lendemain.

Partir en bivouac, c’est l’occasion de s’alléger du superflu.

Le superflu est donc inutile, il vous libère d’un poids, au sens propre comme au sens figuré !
La question à se poser quand on prévoit ses affaires de sac à dos, n’est pas :
« que dois-je prendre ? » ou bien « de quoi aurais-je besoin ? » car des besoins, on peut s’en créer indéfiniment !
La question à se poser est donc : « de quoi je pourrai encore me passer ? »

Pour préparer son bivouac, il faudra calculer le volume, le poids, la multi-fonction des affaires :

A chaque objet, vous vous poserez les questions suivantes :
– cet objet m’apporte t’il vraiment quelque chose ? Que se passera t’il de grave si je ne le prends pas ?
– Va t’il m’être utile 1 ou 2 fois ou tous les jours ?
– est-ce que je n’ai pas déjà un objet qui remplit presque les mêmes fonctions ?

Une fois que vous avez défini votre nécessaire, posez vous la question comment l’alléger.

exemples :
– la serviette de toilette n’a pas besoin de faire 2 m2
– le tube de dentifrice n’a pas besoin d’être à la taille normale
– vous pouvez couper le manche de la brosse à dents.
– Evitez la cuillère et la fourchette, optez pour le manche unique qui fait fourchette d’un côté, cuillère de l’autre.

Pour préparer son bivouac, c’est privilégier le matériel à usage multiple.

Voici quelques exemples :
Le savon noir de Marseille pourra servir
à la fois pour la vaisselle, la lessive et la toilette

La housse du duvet :
Vous mettrez votre doudoune et une polaire à l’intérieur et elle remplacera facilement le petit oreiller vendu pas très cher et qui ne pèse pas grand chose, mais qui prend de la place.

Le pull en Mérinos pour le jour et/ou la nuit

La doudoune en plume, pour le jour, ou en complément également dans son duvet.

Pour préparer son bivouac, partir léger n’est pas se mettre en danger.

Si votre sac est moins lourd, vous y gagnerez :
– moins d’efforts à fournir.
– des articulations moins traumatisées.
– meilleure stabilité sur le sol
– plus d’autonomie (alimentaire, entre autre)

Bien sûr, pour partir léger, il faut se débarrasser de ses angoisses, il faut se connaître et connaître son matériel. C’est pour cette raison que je vous conseille en plus des quelques indications sur le matériel incontournable, de me contacter pour toute question que vous vous poserez.

 

Les commentaires sont fermés.