Carte cadeau

Offrez de l’évasion à vos proches !
Voici la carte cadeau que vous pouvez leur offrir

Télécharger la  carte cadeau-specimen.
Il vous suffit de me l’envoyer, accompagnée du contrat d’inscription joint, puis je vous la renverrai complétée.
Merci à celles et ceux qui ont déjà participé de cette manière !

Carte-Noel

A bientôt sur les hauteurs ! 🙂
Marco

Quelques images de notre week-end en raquettes

Voici quelques images de notre premier week-end raquettes, ça se passait les 16 et 17 janvier.

neige-rabou14-descente  Une neige toute fraîche et poudreuse tombée deux jours avant, et un vent froid pour lui offrir la liberté de courir sous nos pas !

Deux très belles journées en raquettes dans le massif de Céuse (Gapençais) où régnaient le silence du vent, l’éclat du soleil, l’étincelle des cristaux de neige, mais aussi celle des chamois, de nos rires, et d’une guitare.

Prochain séjour dans le Dévoluy, du 08 au 13 Février, à vos raquettes, il reste trois places : www.sejours-randonnee-montagne.com

neige-ceuze3-lumineuse  neige-ceuze7-cornicheneige-ceuze5-corniche  neige-ceuze8-chamois

Mises à jour des dates de séjours

neige-ceuseVoici l’actualisation des séjours avec Détours En Montagne, en date du 12 janvier 2016
Tous les séjours sont confirmés, sauf celui de fin mars.
En rouge = nouvelle création de séjours
N’hésitez pas à demander d’autres dates de vos souhaits.

 

 

– 16-17 janvier : week-end raquettes Buech/Dévoluy = confirmé
– du 08 au 13 février : Détours en Dévoluy  = confirmé (il reste 4 places)
– du 21 au 26 février : Détours en Vercors  = complet
27-28 février : Week-end raquettes bivouac (Dévoluy) = confirmé
– 5-6 mars : week-end raquettes Dévoluy : complet, mais vous pouvez demander d’autres dates.
– du 07 au 13 mars : Détours raquettes en Queyras = confirmé
– 26-27 mars : week-end raquettes = programmé
du 22 au 27 mars : Traversée plateau Vercors = programmé

Suite au salon des vacances de Bruxelles où Détours en  Montagne était présent, le programme pédestre est en train de s’ébaucher, avec les premières dates.
Pensez à nous demander de prendre en compte vos envies !

Si vous voulez nous joindre : Bouton-contact

Voeux 2016

Voeux-2016

Je vous souhaite le chemin de votre bonheur,
que votre bonheur soit de peu de choses, mais de l’essentiel,
que votre essentiel soit le plus Naturel possible.

Des Détours plus grands, plus hauts, plus fous encore,
des Détours en montagne, à pieds ou en raquettes,
des mélodies, des chants,
des sourires et des rires dans vos coeurs !

Marco

 

Raquettes à neige : premières foulées 2016.

Le 05 janvier : Raquettes à neige : premières foulées 2016 dans les premières neiges de l’année, belle poudreuse, c’était excellent ! Sur la montagne de Céuze.
Et regardez les arbres : « la neige qui reste sur l’arbre en appelle d’autre ». Vous voyez ce que je veux dire ?
En tout cas, il y aura assez de neige pour notre week-end raquettes des 16-17 janvier, avec Détours en Montagne !
Pensez à vous inscrire, il reste 3 places, à bientôt !
Marco

neige-ceuze1-2016   neige-ceuze2-2016

– Derniers jours avant la neige

50 à 60 cm de neige sont annonçés entre samedi 02/01 et mercredi, pour la suite, on verra. En attendant, à tous ceux qui attendaient la neige pour s’inscrire sur les séjours raquettes de Détours en Montagne, et bien voilà, nous vous attendons !
On vous tient au courant dès qu’elle est là !
Voici les derniers paysages d’automne qui nous envoûtent..

la-clappe-2  la-clappe-cairn

Nouvelle date, séjour raquettes Dévoluy.

Pour information, à partager !
Nouvelle date, de séjour confirmé : raquettes en Dévoluy du 08 au 13 février.

fondecran-hiver-siteweek-end raquettes, nuit en gîte : 16-17 janvier = Confirmé
Détours raquettes en Dévoluy : du 08 au 13 février = confirmé
Détours raquettes en Vercors du 21 au 26 février = Complet
Détours raquettes en Queyras : du 07 au 13 mars = confirmé !

– La date du Dévoluy, du 24 au 29 janvier risque d’être annulée, sauf si vous êtes intéressés, il est possible pour vous de profiter et de demander un séjour à la carte, une autre durée, une autre destination.
Certaines personnes souhaitaient une traversée du Vercors ? profitez-en ! N’hésitez pas à me contacter.

A bientôt de vos nouvelles !
Marco

Le bon planté du bâton de randonnée.

Beaucoup de mes randonneurs arrivent avec des bâtons de marche. C’est bien, s’ils sont bien utilisés.
J’avais déjà écris un petit article sur le vissage et le dévissage des bâtons !
En voici un sur la bonne manière de planter le bâton !
– Certains avec un seul bâton, ce qui vous positionne en porte à faux, vous mettez le poids sur un genou plus que l’autre. A éviter.

– D’autres avec les mains attachées par les dragonnes, cequi vous embarasse en cas de chute, vous risquez une luxation du poignet, du coude, de l’épaule, ou de mal vous réceptionner sur les fesses. Mieux vaut donc ne pas attacher ses bâtons au poignet, de manière à ce qu’ils restent libres, pour une meilleure réception

LE BATON EST PREVU POUR SOULAGER :

le bâton va en effet vous soulager les genoux, les articulations, pour plusieurs raisons :
– en montée, vous allez pousser dessus, tout en ayant une posture plus droite que sans bâton, votre cage thocique restera ouverte, pour une meilleure respiration. (Il est vrai que sans bâton, nous aurions tendance à allonger le pas, et à se courber en avant, aîe, les reins !)
– en descente, il vous soulage aussi du poids que vous pourriez mettre sur vos genoux, mais à une condition, celle de bien s’en servir.

« Flexion, on plante le bâton, on tourne autour du bâton, extension » vous vous souvenez ? et bien, non non non, ne suivez pas ça à la lettre !

planté-de-batons1Mais mal utilisé, il fera du mal :

– 1) Trop souvent, nous avons tendance à oublier l’existence de nos deux supers bâtons dotés de semelles adhérentes, de bonne emprise au sol, et dotés d’amortisseurs. Je parle là de nos deux jambes !
– 2) Trop souvent donc, nous nous campons raides sur nos jambes lorsqu’un passage s’avère « délicat », et ce sont les deux bâtons qui sont plantés au sol, ou pire, dont les fines pointes en acier reposent sur le caillou, par définition glissant. Le rippage semble garanti…
planté-de-batonsLe bâton qui fait du bien :

– 1) La descente doit se faire légère, pour ce, les jambes doivent êtres fléchies, garantissant un amortisseur idéal, les foulées petites (obligatoire) et la réception sur l’arrière du pied. Les foulées étant courtes, le temps d’appui sur un pied est limté, le genoux en est ravi. Et si un pied venait à glisser vers l’avant, le pied arrière viendrait vite rattrapper l’équilibre. Alterner rapidement les petites foulées ne veut pas dire d’aller vite, non non non.
– 2) les bâtons servent donc d’équilibre latéral, beaucoup plus qu’à se retenir.

Le choix du sac de couchage

 

Avec le printemps, nous voici à la veille des premières sorties en montagne, des premières nuits sous tente ou en bivouac.

Il vous faut un sac de couchage car la couette en montagne, c’est un peu encombrant !
Vous pouvez hésiter entre un duvet, en plume, en synthétique, chaud ou moins chaud, sarcophage ou coupe droite ! ouahou, je n’aurais pas dû me mettre à réfléchir !
Voici quelques questions à nous poser, quelques réponses à vous donner aussi.
Attention, ce n’est pas une bible, c’est une aide au questionnement :

– Est-ce que je vais m’en servir souvent ?
* Plusieurs fois par an, tant mieux !
* Seulement deux fois par an, mais je veux profiter de mes nuits et du bivouac, sans être recroquevillé sur moi à cause du froid, sans n’avoir à espérer qu’une chose, le remballage des affaires au petit matin ou ma prochaine nuit à l’hôtel.

– Dans quelles situations vais-je m’en servir ?
* Je vais à l’hôtel, donc un sac de couchage n’est pas indispensable.
* Je vais bivouaquer en montagne, mais avec la possibilité de dormir dehors, la tête dans les étoiles. Donc, je privilégie le synthétique, car il ne s’abîmera pas de l’humidité (la tente qui goutte, ou la rosée du matin)
* Je suis certain de dormir toujours au sec. Ca m’étonnerait, mais dans ce cas je prend un duvet (en duvet ET en plume). La part de plumette assure le volume, donc la présence d’air dans la masse, donc l’isolation thermique. Par contre, je dois m’assurer d’un bon entretien de mon duvet, car il est important de ne pas le laver souvent, ce qui colle les plumes et détruit la membrane de protection. De même que le duvet doit rester dans un sac aéré (souvent vendu avec) ce qui lui laisse son volume. Il ne faudra pas le comprimer dans sa housse, ça lui casserait ses plumes. Il faut le comprimer au moment de partir en rando, en bivouac, et ne pas le plier, mais le bourrer en vrac, si si, ca va rentrer. C’est pour éviter la pliure toujours au même endroit qui entrainerait une usure.
sac-de-couchagePetite

sac-de-couchage1

– photo à gauche, dans son sac aéré.
– photo à droite, comprimé dans sa housse.

A propos des gants d’hiver.

moufle-baton1

Alors que je montais en raquettes par un froid de canard, je n’avais pas froid aux mains, moi qui a tendance à être sensible de ce côté là…
2 possibilités s’offraient à moi :
– soit je n’étais pas un canard
– soit j’avais les mains bien couvertes.

Voici donc une petite démonstration de la manière « idéale » dont il faut se protéger les mains en randonnée montagne, à plus forte raison lors d’un séjour, car il faudra parfois vaincre le froid le lendemain aussi, voir le surlendemain !

gant-moufleLe couple idéal !
– un petit gant léger fabriqué…je ne vous le dis pas, …à 4 euros ! Vous pouvez aussi acheter une paire de gants en soie (une 15aine d’euros)
– la moufle souple qui viendra par dessus en cas de vent, de neige… (une 30aine d’euros)
Il n’est pas nécessaire d’avoir la grosse moufle à 100 euros en duvet de canard ou d’oie, pensez que mouillé, or c’est souvent le cas, le duvet perd ses propriétés de chaleur ! Même si l’on vous dit que le dessus est traité en imperméabilisant, la dite  membrane se détériore assez facilement !

 

Pour que la main ne soit pas trop serrée la dessous, pensez bien à prendre une moufle dans laquelle vous êtes à l’aise.
Ainsi, vous mettez soit l’un soit l’autre soit les deux en fonction des conditions météo.