Le bon planté du bâton de randonnée.

Beaucoup de mes randonneurs arrivent avec des bâtons de marche. C’est bien, s’ils sont bien utilisés.
J’avais déjà écris un petit article sur le vissage et le dévissage des bâtons !
En voici un sur la bonne manière de planter le bâton !
– Certains avec un seul bâton, ce qui vous positionne en porte à faux, vous mettez le poids sur un genou plus que l’autre. A éviter.

– D’autres avec les mains attachées par les dragonnes, cequi vous embarasse en cas de chute, vous risquez une luxation du poignet, du coude, de l’épaule, ou de mal vous réceptionner sur les fesses. Mieux vaut donc ne pas attacher ses bâtons au poignet, de manière à ce qu’ils restent libres, pour une meilleure réception

LE BATON EST PREVU POUR SOULAGER :

le bâton va en effet vous soulager les genoux, les articulations, pour plusieurs raisons :
– en montée, vous allez pousser dessus, tout en ayant une posture plus droite que sans bâton, votre cage thocique restera ouverte, pour une meilleure respiration. (Il est vrai que sans bâton, nous aurions tendance à allonger le pas, et à se courber en avant, aîe, les reins !)
– en descente, il vous soulage aussi du poids que vous pourriez mettre sur vos genoux, mais à une condition, celle de bien s’en servir.

« Flexion, on plante le bâton, on tourne autour du bâton, extension » vous vous souvenez ? et bien, non non non, ne suivez pas ça à la lettre !

planté-de-batons1Mais mal utilisé, il fera du mal :

– 1) Trop souvent, nous avons tendance à oublier l’existence de nos deux supers bâtons dotés de semelles adhérentes, de bonne emprise au sol, et dotés d’amortisseurs. Je parle là de nos deux jambes !
– 2) Trop souvent donc, nous nous campons raides sur nos jambes lorsqu’un passage s’avère « délicat », et ce sont les deux bâtons qui sont plantés au sol, ou pire, dont les fines pointes en acier reposent sur le caillou, par définition glissant. Le rippage semble garanti…
planté-de-batonsLe bâton qui fait du bien :

– 1) La descente doit se faire légère, pour ce, les jambes doivent êtres fléchies, garantissant un amortisseur idéal, les foulées petites (obligatoire) et la réception sur l’arrière du pied. Les foulées étant courtes, le temps d’appui sur un pied est limté, le genoux en est ravi. Et si un pied venait à glisser vers l’avant, le pied arrière viendrait vite rattrapper l’équilibre. Alterner rapidement les petites foulées ne veut pas dire d’aller vite, non non non.
– 2) les bâtons servent donc d’équilibre latéral, beaucoup plus qu’à se retenir.

Le choix du sac de couchage

 

Avec le printemps, nous voici à la veille des premières sorties en montagne, des premières nuits sous tente ou en bivouac.

Il vous faut un sac de couchage car la couette en montagne, c’est un peu encombrant !
Vous pouvez hésiter entre un duvet, en plume, en synthétique, chaud ou moins chaud, sarcophage ou coupe droite ! ouahou, je n’aurais pas dû me mettre à réfléchir !
Voici quelques questions à nous poser, quelques réponses à vous donner aussi.
Attention, ce n’est pas une bible, c’est une aide au questionnement :

– Est-ce que je vais m’en servir souvent ?
* Plusieurs fois par an, tant mieux !
* Seulement deux fois par an, mais je veux profiter de mes nuits et du bivouac, sans être recroquevillé sur moi à cause du froid, sans n’avoir à espérer qu’une chose, le remballage des affaires au petit matin ou ma prochaine nuit à l’hôtel.

– Dans quelles situations vais-je m’en servir ?
* Je vais à l’hôtel, donc un sac de couchage n’est pas indispensable.
* Je vais bivouaquer en montagne, mais avec la possibilité de dormir dehors, la tête dans les étoiles. Donc, je privilégie le synthétique, car il ne s’abîmera pas de l’humidité (la tente qui goutte, ou la rosée du matin)
* Je suis certain de dormir toujours au sec. Ca m’étonnerait, mais dans ce cas je prend un duvet (en duvet ET en plume). La part de plumette assure le volume, donc la présence d’air dans la masse, donc l’isolation thermique. Par contre, je dois m’assurer d’un bon entretien de mon duvet, car il est important de ne pas le laver souvent, ce qui colle les plumes et détruit la membrane de protection. De même que le duvet doit rester dans un sac aéré (souvent vendu avec) ce qui lui laisse son volume. Il ne faudra pas le comprimer dans sa housse, ça lui casserait ses plumes. Il faut le comprimer au moment de partir en rando, en bivouac, et ne pas le plier, mais le bourrer en vrac, si si, ca va rentrer. C’est pour éviter la pliure toujours au même endroit qui entrainerait une usure.
sac-de-couchagePetite

sac-de-couchage1

– photo à gauche, dans son sac aéré.
– photo à droite, comprimé dans sa housse.

A propos des gants d’hiver.

moufle-baton1

Alors que je montais en raquettes par un froid de canard, je n’avais pas froid aux mains, moi qui a tendance à être sensible de ce côté là…
2 possibilités s’offraient à moi :
– soit je n’étais pas un canard
– soit j’avais les mains bien couvertes.

Voici donc une petite démonstration de la manière « idéale » dont il faut se protéger les mains en randonnée montagne, à plus forte raison lors d’un séjour, car il faudra parfois vaincre le froid le lendemain aussi, voir le surlendemain !

gant-moufleLe couple idéal !
– un petit gant léger fabriqué…je ne vous le dis pas, …à 4 euros ! Vous pouvez aussi acheter une paire de gants en soie (une 15aine d’euros)
– la moufle souple qui viendra par dessus en cas de vent, de neige… (une 30aine d’euros)
Il n’est pas nécessaire d’avoir la grosse moufle à 100 euros en duvet de canard ou d’oie, pensez que mouillé, or c’est souvent le cas, le duvet perd ses propriétés de chaleur ! Même si l’on vous dit que le dessus est traité en imperméabilisant, la dite  membrane se détériore assez facilement !

 

Pour que la main ne soit pas trop serrée la dessous, pensez bien à prendre une moufle dans laquelle vous êtes à l’aise.
Ainsi, vous mettez soit l’un soit l’autre soit les deux en fonction des conditions météo.

Choisir son sac à dos.

Voilà, je reviens vers vous pour vous témoigner mon enthousiasme après l’essai d’un sac à dos que je me suis acheté !
En effet, en ce début d’hiver, le manque de neige nous a obligé à nous passer des pulkas (ces traineaux que l’on glisse derrière soi) et donc, nous avons du trier le matériel superflu. Le vin, mais aussi la guitare en faisaient partie, aîe aîe aîe !!!
Malgré cela notre sac à dos restait bien lourd.

Je l’avais déjà dit, mais je le redis :
Un sac à dos est lourd, pour plusieurs raisons :
– il contient beaucoup de poids
– le poids est mal réparti dans le dos
– le sac à dos lui-même est mal porté, mal réglé, inadapté au gabarit de la personne !

Comparaison :

sacadosSac-a-dos

En photo 1, le sac est bien chargé, mais la taille du sac descend le poids trop bas dans le dos !
En photo 2, voyez qu’il est réparti sur la longueur du dos !

 

 

La boite à pique nique

Alors toujours à la suite d’expériences douloureuses vécues lors de nos séjours…. (à bon entendeur, éhé !) je me suis décidé à vous en parler !
Plutôt que de me retrouver avec un vulgaire sac en plastique dans lequel se trouve mon pique nique, parce que j’ai prêté ma super boite à moi, je vous propose quelque chose :

– soit vous prenez une boite à pique nique, non hermétique, et un sac en plastique pour le ranger
* il va se déchirer à chaque fois que vous le rentrez ou le sortez de votre super sac à dos, car vous avez bien sûr, un super sac à dos !
* Le pique nique se renverse, il fuit (car il y a souvent des salades composées), et votre super sas à dos est tout tâché, les habits de rechange aussi !

– Soit vous prenez une boite, hermétique cette fois-ci, e tun sac en plastique pour le ranger
* C’est déjà pas trop mal, le pique nique ne se renversera plus dans votre super sac à dos !
* mais quand même, le sac se déchirera chaque jour un peu plus
* alors vous en changez tous les jours, mais quel gaspillage plastique !!!

boite-picnic– Soit vous achetez une super boite de rangement !
* Rien ne se renversera, et au cas où, ce sera dans la boite de rangement, votre super sac à dos vous dira merci, et vous ne râlerez pas car vos habits resteront intact !
* Notez que vous pouvez y ajouter la tranche de pain, les couverts, le fruit, tout est ensemble ! le chocolat noir aux noisettes, et la poudre café si vous n’avez pas opté pour le vrai café dans le thermos !

Voilà ! au plaisir de vous retrouver avec votre super boite de rangement ! (15 euros maxi)